Le congé de paternité et d’accueil de l’enfant est porté de 11 à 25 jours calendaires à partir du 1er juillet 2021, conformément à la loi de financement de la sécurité sociale pour 2021.

  • Voir notre note d’info détaillée du 21/12/2020

Compte tenu du congé de naissance de 3 jours ouvrables, le salarié bénéficiera donc, avec les deux congés cumulés, d’un droit minimum de 28 jours (au lieu de 14 aujourd’hui).

En cas de naissances multiples, le congé de paternité passe de 18 à 32 jours calendaires.

Ce congé de paternité est désormais composé de deux périodes :

  • La 1ère période (obligatoire) : qui fait immédiatement suite au congé de naissance est de 4 jours calendaires consécutifs. Pendant cette première période, il est interdit d’employer le salarié. De plus, la prise de ces 4 jours conditionne le versement des IJSS au salarié. Ces contraintes ne valent toutefois que si le salarié peut prétendre aux IJSS.

Cumulée aux 3 jours du congé de naissance, cette interdiction d’emploi porte donc sur 7 jours.

  • La 2ème période (facultative) : de 21 jours (ou 28 en cas de naissances multiples) pourra être prise à la suite de cette période obligatoire ou dans les 6 mois, et éventuellement fractionnée en deux fois.

Indemnisation du congé :

Le salarié en congé paternité pourra prétendre aux IJSS pour toute la durée du congé.

Sans changement par rapport à aujourd’hui, il devra pour cela adresser une demande à la CPAM.